Séneçon en arbre
Séneçon en arbre

Nom scientifiqueBaccharis halimifolia L.

Nom communSéneçon en arbre

FamilleAstéracées

Introduction & Répartition géographique

Introduction

Baccharis halimifolia L. est un arbuste originaire d’Amérique du Nord, principalement de la façade atlantique des États-Unis, du Canada et du Mexique ainsi que des Caraïbes (Cuba et Bahamas). Il est introduit en Europe à la fin du XVIIème siècle comme plante d’ornement.

Répartition géographique

Baccharis halimifolia L. est actuellement présent sur le littoral atlantique de l’ouest de la France et du nord de l’Espagne, dans le bassin méditerranéen, en France et en Italie, et au nord sur les côtes belges et néerlandaises où il a été utilisé pour la fixation des dunes. On le signale de manière plus anecdotique dans le sud de l’Angleterre et en Géorgie. Il a également été introduit en Australie où il montre également un caractère envahissant.

Biologie et écologie

Reproduction sexuée

Baccharis halimifolia est une espèce dioïque, avec des fleurs mâles et femelles sur des individus distincts. Sa floraison s’étale de la fin du mois d’août au mois d’octobre. Les fleurs mâles, riches en nectar, attirent les insectes qui pollinisent par la suite les fleurs femelles (entomogamie). Ces dernières sont prolongées par des aigrettes de quelques millimètres, blanches et soyeuses, qui contribuent à une dissémination efficace par le vent (anémochorie). La production abondante de graines, jusqu’à 1 500 000 par pied se disperse de plusieurs mètres à quelques kilomètres autour de la plante.

Reproduction asexuée

Baccharis halimifolia rejette de souche après des perturbations : taille, stress...

Milieux envahis et exigences

Baccharis halimifolia supporte une large gamme de sols, mais préfère les conditions suffisamment humides et riches en matière organique, et une gamme de pH de 3,6 à 9. Il est rustique et peut tolérer des températures jusque - 15 °C. Il supporte des taux de salinité élevés mais s’installe préférentiellement dans les communautés à salinité moyenne. Sa niche écologique correspond à des écotones hygrophiles à mésophiles qui sont généralement des milieux à haute valeur de conservation.

Impacts négatifs

Impacts sur la biodiversité locale et le fonctionnement des écosystèmes

  • Dans les zones à salinité moyenne et élevée, B. halimifolia menace surtout la richesse floristique alors que dans les zones à salinité plus faible, il tend à modifier la structure des communautés végétales en diminuant principalement la strate herbacée.
  • La présence de B. halimifolia tend à accélérer les phénomènes d’érosion et de sédimentation dans les estuaires.
  • Sa présence réduit également l’attractivité des milieux envahis pour l’avifaune nicheuse.
  •  

Impacts économiques

  • La présence de B. halimifolia à proximité de marais salants est préjudiciable à la production de sel à la fois en formant un brise-vent et aussi en contaminant la production par ses graines.
  • Les feuilles et le bois de B. halimifolia sécrète une résine facilement inflammable.
  •  

Impacts sociaux et sociétaux

  • La présence de B. halimifolia réduit l’efficacité de la démoustication dans les milieux traités, en y protégeant les larves de moustiques.
  • B. halimifolia peut causer le rhume des foins.
  •  

Aspects positifs

Plante ornementale

  • Si par la passé la plante a été utilisée par le secteur de l’horticulture ornementale, notamment en raison de ses qualités de résistance au sel et de brise-vent en milieux côtiers, contribuant à sa dissémination, il s’agit à l’heure actuelle d'une espèce très peu utilisée.
  • Dans les années 1990, des travaux d’améliorations de l’arbuste pour la production de rameaux coupés ont été menés : il n'y a cependant pas eu de fort développement en fleuristerie notamment à cause de sa trop forte saisonnalité, la production étant groupée sur une quinzaine de jours.

     

Aller plus loin

Liens vers des sites d'informations référençant des travaux scientifiques :

EPPOCABI | DAISIE | FCBN | HARMONIA DATABASE